La vie c’est comme faire de la limonade

“When life gives you lemons, make lemonade”

 

Disons qu’il s’agit d’un dicton qui prend tout son sens pour moi en ce moment.

Vous le savez sans doute, la vie fait drôlement les choses. Alors que nous avançons avec certitude dans une direction, alors que nous sommes convaincus que nous avons pris les bonnes décisions, l’univers nous attend parfois avec une brique et un fanal, prêt à frapper à tout moment. Lorsqu’il décide de frapper, c’est le choc. C’est l’incompréhension. C’est la remise en question. Et, souvent, ça fait mal. On se demande alors ce que nous avons pu faire pour mériter cela. Pourquoi?, nous demandons-nous. Voilà là, la grande question.

Lorsque j’ai décidé de partir en roadtrip avec une personne que je connaissais à peine, j’étais convaincue que l’opportunité qui se présenta à moi était un signe du destin. Le signe que je devais, pour une fois, m’écarter de ma réalité, m’écarter de ce qui m’était familier. Le signe que je devais explorer quelque chose de nouveau et saisir l’opportunité de vivre une aventure qui m’avait toujours intriguée. Et, bien humblement, l’espoir que cette aventure allait peut-être apporter dans ma vie une grande amitié et peut-être même le Grand amour.

Mon entourage, et vous qui me suivez, avez possiblement ressenti l’excitation et la fébrilité que j’avais de vivre une telle aventure. Un roadtrip de trois mois. Trois mois à me sortir de ma zone de confort. Trois mois à vivre 24h/24, 7j/7 avec quelqu‘un. Trois mois à vivre la vie sur la route sans autre port d’attache que notre camion et l’un l’autre. J’étais prête: All in comme on dit en anglais!

48h après mon arrivée, je me sentais déjà comme si j’étais chez moi. Je voyais déjà tout le potentiel de cette belle aventure : les souvenirs à créer, les rencontres enrichissantes et les histoires à partager et la cerise sur le sundae, la découverte quotidienne d’un être humain qui me semblait si attachant. À peine arrivée, j’étais déjà remplie de gratitude.

Et alors que je m’y attendais le moins, soit à peine 72 heures après mon arrivée, tout bascula. Ce qui paraissait être une des plus belles aventures de ma vie tourna au vinaigre. Je n’entrerai évidemment pas dans les détails, mais pour les besoins de ce texte disons simplement que je me suis retrouvée dans une situation où deux êtres humains partageaient une vision bien différente d’une seule et même situation. Deux êtres humains se sont sentis blessés à un point tel que la décision fut prise qu’il était préférable de continuer notre route de façon séparée.

Des paroles furent échangées. Un océan de larmes fut versé. Et un immense trou noir s’installa.

 

Et si la vie m’avait déjà avertie?

Alors que je tentais de comprendre le pourquoi du pourquoi, je me souvenu que j’avais ressenti une certaine hésitation lors de la planification de cette aventure. Je ne pouvais l’expliquer, mais je n’étais pas 100% certaine. Je m’étais alors dit que c’était la peur en moi qui tentait de prendre le contrôle et j’ai ignoré cette sensation. Même chose lorsque j’ai acheté mon billet. J’ai eu certaines difficultés lors de la réservation et j’ai dû tenter à plus d’une reprise pour conclure l’achat. Encore une fois, je n’ai pas spécialement porté attention à ces faits. Et puis, disons-le, mon allée n’a pas été de tout repos. J’ai presque manqué mes correspondances non pas une, mais deux fois!

Avec le recul, je me demande si ce n’est pas moi qui ai finalement mal interprété les signes. Et si, depuis le début, mon “destin” n’était pas de partir en roadtrip? Et si j’avais mal interprété les signes? Et si, finalement, ce n’était pas la peur qui parlait lors de mon hésitation à partir, mais plutôt mon intuition?

Cette expérience aura certainement mis en lumière le fait que j’ai encore certaines blessures à guérir.

On dit souvent que la vie en elle-même est une aventure. Vous avez sûrement déjà entendu la phrase anglaise : “Life is a journey”.

Alors peut-être que c’était ça le plan depuis le début. Peut-être que finalement je devais réaliser que j’avais encore du travail à faire dans certaines sphères de ma vie. Peut-être que la vie m’a lancé des citrons afin que j’en fasse de la limonade….